Aujourd'hui je suis au congrès de mon Parti au Mans. Pour tous les militants, c'est toujours un grand jour que celui d'un congrès national. C'est un lieu de rencontre, de débat, on en sort souvent plein d'énergie et d'envies, et comblé de savoirs précieux sur le fonctionnement d'un groupe aussi imposant, les confrontations - au sens noble - entre les divers intérêts qui s'y croisent, et heureux lorsqu'elles se déroulent avec la volonté unanime de parvenir à être plus forts et rassemblés en sortant qu'en entrant - si c'était possible.

C'est tout cela à quoi j'assiste. La politique est toujours difficile pour tous, depuis deux ans nous fabriquons un nouveau parti. Nous travaillons ardemment à rassembler l'Autre Gauche, celle qui n'a pas renoncé à lutter. Faire tout cela avec des personnes qui ne se connaissaient pas au départ est un défi fantastique. L'entreprise est ardue. Nous avons pour projet de changer de régime économique, de stopper l'épuisement de la société par la financiarisation, de revenir à des logiques qui soient décidées par des moyens démocratiques dans l'entreprise et la société. Mais l'Histoire nous apprend que l'objectif commun de changer de régime économique ne garantit pas que d'autres dominations se mettent en place dans les rapports entre les êtres humains. Les débats sont donc vifs et passionnants. Et pour la première fois depuis longtemps je ressens que ces débats se déroulent dans le respect des uns et des autres, à quelques rares exceptions près.

Tout cela donne envie de continuer. Lorsque je vois les militants qui nous ont rejoint il y a peu avoir cette envie d'action, de réflexion, d'organisation, cela fait chaud au cœur. C'est valable localement, sur Torcy comme en Seine et Marne. En deux ans, nous avons beaucoup progressé. En deux ans, nous avons participé à toutes les manifestations, aux élections européennes et régionales. Nous avons fait du porte à porte, organisé des débats, récemment sur le travail du dimanche par exemple, avec nos partenaires du Parti Communiste. Nous participons ardemment à la bataille contre la "réforme" des retraites, qui n'est pas terminée.

Il y a deux ans, un groupe important quittait le Parti Socialiste en disant : "ça suffit comme ça". Deux ans plus tard, nous organisons un mouvement écologiste, socialiste (au sens historique du terme) et républicain qui est une alternative crédible à la droite à condition de créer une dynamique de rassemblement importante au sein de toute l'autre gauche, comme cela s'est déjà déroulé. Si vous ne savez pas faire en sorte qu'on puisse partir à la retraite à 60 ans à taux plein après 37,5 annuités, nous saurons le faire. Si vous ne savez pas comment mettre en place une planification écologique, un partage des ressources et un accès à tous au logement et aux moyens élémentaires de subsistance, nous saurons le faire. Si vous ne savez pas comment faire autrement que de donner la distribution de l'eau ou de l'énergie à des multinationales privées, nous saurons le faire.

Lorsque je rentrerai, nous pourrons reprendre le travail local, avec toute une énergie collective emmagasinée et transmissible.

Rendez-vous très bientôt si vous voulez en savoir plus.